Qui est la femme yoyo ?

La femme yoyo est une personne qui oscille entre perte et prise de poids qu’elle n’arrive pas à stabiliser. Elle a développé un type particulier de boulimie où restrictions alternent, certes, avec lâchages alimentaires mais sans gavages de nourriture ni crises violentes de vomissements ou de purges. Lorsque la femme yoyo se lâche, voire se venge sur la nourriture, c’est par des grignotages ou lors d’un bon repas. Ce n’est pas forcément une activité en solitaire, cachée et honteuse.

Le sentiment de honte est présent, mais davantage au niveau de l’image du corps que du comportement alimentaire. Elle aime parler de ses régimes mais aussi de cuisine, échanger des recettes. Ces attitudes paradoxales sont reliées à l’oralité et la femme yoyo a, de plus, accès aux mots. Ce qui n’est pas toujours le cas dans les troubles alimentaires. Il y a là un vernis qui rend le fonctionnement yoyo moins visible, plus sournois.

Un manque au niveau de la confiance

Car la femme yoyo n’est pas forcément consciente de son trouble alimentaire, elle se perçoit surtout comme gourmande et sans aucune volonté. Elle ne sait pas que ce n’est pas un manque de volonté qui l’enferme dans la spirale infernale du yoyo, car il en faut beaucoup pour entreprendre tous les régimes dans lesquels elle se lance. Le manque se situe plutôt au niveau de la confiance et de l’estime de soi que les échecs de ses régimes à répétition ne font que renforcer.

Sa relation à la nourriture est perturbée tout comme sa relation au corps dont elle ne perçoit pas les sensations de faim ou de satiété. Elle le voit toujours trop gros et imparfait même après une perte de poids significative. Elle n’aime pas son corps et régulièrement lui déclare la guerre à coup de régime ou de trop plein alimentaire.

La fonctionnement yoyo est un trouble alimentaire qui touche majoritairement les femmes, d’où la terminologie de femme yoyo. Il peut aussi bien toucher une adolescente, une jeune adulte, une femme d’âge moyen voire plus avancé. Le surpoids peut s’installer avec les années et aller pour certaines jusqu’à l’obésité, mais elle peut très bien naviguer autour d’un IMC (indice de masse corporelle) situé dans la normale ou légèrement au-dessus, voire en-dessous.

Surpoids et trouble alimentaire ne sont pas toujours associés. Si le fonctionnement yoyo, tout comme l’anorexie et la boulimie, concerne majoritairement des femmes, il n’est pas exclu qu’il y ait des hommes yoyo. La pression sociale de la minceur est de plus en plus forte et ne touche plus seulement les femmes. De plus en plus d’hommes se soucient de leur image, de leur poids et de leur tour de taille, et peuvent aller jusqu’à s’infliger, eux aussi, des régimes draconiens.

Cependant les troubles alimentaires avec restriction ne touche en moyenne qu’un homme sur dix cas. Les hommes atteints de troubles alimentaires souffrent plus fréquemment d’hyperphagie, qui désigne l’ingestion de trop grandes quantités de nourriture sans que le poids soit sous contrôle. Alors que dans le fonctionnement yoyo, il y a dépendance à la nourriture mais également au régime, un va-et-vient, une oscillation entre deux extrêmes.

Un fonctionnement en tout ou rien

La femme yoyo est un concept qui décrit un fonctionnement psychique et comportemental particulier qui alterne entre contrôle et perte de contrôle. Ce n’est pas qu’un trouble alimentaire, c’est une manière d’être, de vivre, de se vivre. Ce que la femme yoyo vit sur le plan alimentaire en alternant les phases de régime ou de trop plein, elle le vit dans tout ce qu’elle entreprend. Le fonctionnement de la femme yoyo pourrait se résumer en quelques mots : “tout ou rien”. Une oscillation qui exprime une instabilité qui n’est pas que pondérale.

La femme yoyo manque d’un ancrage solide, elle change souvent d’avis. Un “renversement dans le contraire” qui lui donne parfois l’impression que sa vie lui échappe. Son fonctionnement yoyo l’aide à reprendre la main. Car si le premier régime avait pour objectif de perdre du poids, très vite elle en a retiré d’autres bénéfices pour la plus part inconscients. Régime ne rime pas seulement avec perte pondérale, mais avec remise à zéro et nouveau départ.

A chaque fois, elle a l’impression de remettre de l’ordre dans le grand bazar de sa vie. Un état de contrôle qui lui donne parfois le sentiment d’être toute-puissante. Une ivresse des hauteurs dont elle est devenue dépendante. La femme yoyo est accro aux régimes. Mais qui dit contrôle dit perte de contrôle. Les privations alimentaires déclenchent des frustrations et une attitude obsessionnelle vis-à-vis de la nourriture.

Anesthésier l’angoisse

Si le régime est devenue une stratégie pour reprendre le contrôle de sa vie, il en va de même avec la nourriture. Manger lui permet d’appuyer sur le bouton pause. Il peut s’agir d’un moment de plaisir et de réconfort, mais le plus souvent, le but est de colmater l’angoisse, de l’anesthésier et gérer les émotions comme la colère, le stress, l’ennui ou la tristesse.

Le paradoxe tient aussi une grande place dans le fonctionnement yoyo, car si manger représente une perte de contrôle au niveau alimentaire, en revanche au niveau émotionnel, il s’agit d’une stratégie de contrôle. Contrôle et perte de contrôle sont entremêlés, tout semble si confus que la femme yoyo reste prisonnière de la spirale infernale du yoyo, sans comprendre ce qui cache derrière ce trouble alimentaire dont elle n’a parfois même pas conscience.

Dans ce blog, grâce aux différents articles et aux thèmes abordés, vous en saurez plus sur le fonctionnement yoyo dont le trouble alimentaire n’est que la partie visible. Un yoyo qui n’est pas seulement pondéral et un besoin de contrôle qui n’est pas qu’alimentaire…

Rita Sansone Villemin

5 Commentaires

  1. Cousin 20 août 2016

    Excellent article je me suis reconnue dans cette description de “femme YoYo” l’auteur a vraiment visé juste.

    1. Rita 21 août 2016

      Merci beaucoup de votre commentaire. Le blog n’en est qu’à ses débuts et je vais publier de nouveaux articles chaque semaine. Et n’hésitez pas à poser des questions si vous le souhaitez

  2. SL 4 décembre 2016

    C’est un article dans lequel je me retrouve totalement. Je suis une femme yoyo. Des moments où la nourriture m’aide à affronter certaines situations, certaines personnes. Et des moments où j’ai besoin de reprendre le contrôle en essayant de reprendre un régime. Seul hic, c’est que mon corps ne veut plus suivre des règles…

  3. EA 18 juin 2017

    Je suis presque effrayée d’être aussi bien décrite dans cet exposé… je viens d acheter le livre et j’espère comprendre qu’elles sont les clés…

    1. Rita 18 juin 2017

      Merci votre commentaire. J’espère que le livre pourra vous aider. Bonne continuation et n’hésitez pas à revenir vers le blog pour faire part de votre ressenti après la lecture du livre

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>