Yoyo alimentaire et yoyo pondéral

Derrière le yoyo alimentaire – manger ou ne pas manger – et le yoyo pondéral – grossir ou maigrir – qui sont les plus visibles, se cachent d’autres yoyos : émotionnel, narcissique, relationnel.

Tentons d’y voir plus clair, car si certains yoyos sont moins perceptibles, ils n’en restent pas moins actifs que ceux qui sont sur le devant de la scène et dont la femme yoyo a conscience. Elle sent bien que sa relation à la nourriture est perturbée, sa relation au corps ne l’est pas moins.

Il lui semble étranger, comme s’il ne lui appartenait pas et ses fluctuations pondérales floutent davantage l’image imprécise et négative qu’elle a de lui. Mais avant d’aborder le yoyo pondéral revenons sur le yoyo alimentaire.

Le yoyo alimentaire

La femme yoyo a détourné la fonction alimentaire à d’autres fins que celle de satisfaire les besoins énergétiques du corps. La relation à la nourriture occupe une place importante, elle envahit ses pensées jusqu’à devenir une obsession. D’ailleurs, c’est la première chose à laquelle elle pense en se levant chaque matin.

Comment va-t-elle gérer sa relation à la nourriture aujourd’hui… Va-t-elle réussir à respecter les règles du régime alimentaire qu’elle suit en ce moment ? La femme yoyo ne va penser qu’à cela : manger ou ne pas manger ? C’est peut-être parce qu’elle ne peut se poser la question “d’être ou pas être”, qu’elle se pose celle de “manger ou ne pas manger”. Pour elle, le yoyo alimentaire est une manière d’exister, une manière d’être… Mais cette obsession de la nourriture en met à mal une autre : l’obsession de la minceur. Car cette instabilité alimentaire entraîne une instabilité pondérale.

Le yoyo pondéral

Le yoyo pondéral prend lui aussi beaucoup de place, il a déclenché une autre obsession : la balance. Se peser tous les matins, voire plusieurs fois certains jours, est devenu plus qu’une routine, un besoin. La femme yoyo n’a pu s’approprier son corps, il lui semble étranger comme s’il ne lui appartenait pas. Elle n’aime pas son corps ou certaines parties de celui-ci, il est d’ailleurs l’accusé, le responsable de son manque de confiance, et même pour certaines femmes yoyo de leur désamour d’elle-même. Elle n’entend pas les messages qu’il lui envoie comme les sensations de faim ou de satiété. Un manque d’écoute et de communication, comme si la tête et le corps ne parlaient pas le même langage. Incapable de communiquer avec son corps, la femme yoyo se met à le contrôler.

A LIRE ÉGALEMENT    

Dans le fonctionnement yoyo, la tête cherche à prendre le dessus sur le corps. La femme yoyo va se mettre à épier son corps d’où l’obsession de la pesée. Un état de contrôle qui mobilise toute l’énergie au niveau de la tête. Mais le corps ne l’entend pas ainsi et cherche à se libérer de la dictature de la tête. Il attend le moment propice où la tête n’en pourra plus de toute cette gesticulation mentale dédiée à ces obsessions alimentaires et pondérales. Les frustrations et la fatigue, car le contrôle est énergivore, exercent une pression tellement forte que l’état de contrôle bascule et se renverse soudain en son contraire : la perte de contrôle.

Le corps est victorieux et sa prise de pouvoir s’accompagne de la prise de kilos. Manger permet à la tête de se vider et au corps affamé de se remplir… Jusqu’à ce que la tête reprenne à nouveau le dessus. Corps et tête ne sont pas alliés, ils se livrent une guerre sans merci, une lutte où chacun prend tour à tour le pouvoir. Une oscillation entre manger et ne pas manger, entre grossir et maigrir…

La femme yoyo ne pourra sortir de cette spirale infernale que lorsque tête et corps auront fait la paix. Ils ne seront plus adversaires mais alliés et pourront communiquer l’un avec l’autre. Chacun faisant sa part du chemin vers l’entente et le bien-être aussi bien mental que corporel.

Rita Sansone Villemin

2 Commentaires

  1. Ilaolf 18 août 2017

    Mon Dieu ! Je me retrouve dans tout ce que vous écrivez, expliquez, décrivez …
    C’est troublant et très émouvant.
    Ce serait trop long que je vous explique mes troubles du comportement alimentaire qui durent depuis plus de 25 ans ! Et j’en ai 39 !
    Je vous enverrai un mail privé, si vous me le permettez

    1. Rita 20 août 2017

      Bonjour,
      C’est toujours très émouvant pour moi de lire que des lectrices se reconnaissent dans la femme yoyo. Je suis touchée.
      Vous pouvez bien évidemment m’écrire en privé via cette page de contact (le message arrivera sur mon mail privé) : http://la-femme-yoyo.com/pour-me-contacter/
      Je vous dis donc à bientôt !!
      Rita

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>